Le projet

Récup’R est une association à but non lucratif, loi 1901, créée en 2008 par un collectif d’individus d’horizons variés, sensibles à la problématique des déchets et au recyclage. Notre but principal est la réduction des déchets, du gaspillage des biens de consommation, ainsi que la sensibilisation de la population aux impacts de nos modes de consommation. Récup’R gère une ressourcerie/recyclerie sur Bordeaux Métropole en lien avec les déchetteries de l’agglomération et les acteurs spécialisés de la valorisation.

ça fait quoi, une ressourcerie ?

• Une collecte des objets réutilisables auprès des déchetteries, des administrations, des entreprises et des particuliers.
• Un atelier de valorisation, par le tri, la réparation, le détournement d’usage, et le relooking. Récup’R collecte uniquement des objets en lien avec le vélo (cadre, pièces, outils, etc.) et de la couture (machine, mercerie, tissus, etc.)
• Un espace de vente pour permettre le réemploi des objets et la pérennisation de notre structure.
• Des animations de sensibilisation à l’environnement et de communication auprès des scolaires, des particuliers, des collectivités.

C’est quoi le but ?
• Réduire notre empreinte écologique en mettant en place une solution de gestion des déchets minimisant la consommation de matières et d’énergie.
• Créer des emplois et du lien social par le biais d’activités nouvelles valorisant les individus.
• Initier une démarche de développement de nouvelles compétences dans le domaine du réemploi des déchets.
• Organiser un partenariat efficace avec les acteurs locaux chargés du recyclage comme les collectivités locales, associations, entreprises, entre autres.
• Permettre, par l’implication d’artistes et décorateurs, une démarche créative et innovante sur des objets de récupération.

La Charte de Récup'R

Philosophie de l’association
I) Idées fondatrices : Notre volonté première est de favoriser la réduction du volume des déchets. Nous estimons que la valorisation par réemploi/réparation/détournements d’usage est la solution de recyclage la moins polluante, la plus valorisante pour l’individu, la plus créative, et la plus locale existante. Le  » déchet  » n’est plus considéré comme tel, mais comme un objet auquel on peut redonner vie de différentes manières. La ressourcerie nous semble la solution la plus adaptée pour concrétiser cette réduction de déchets de la manière plus collective possible et adaptée à la situation locale, fédérant ainsi certaines actions individuelles déjà existantes. Elle permet d’économiser ainsi des matières premières, de l’énergie inutilement dépensée en transport et recyclage, et d’éviter l’enfouissement et l’incinération des déchets. La ressourcerie doit être considérée comme un outil très polyvalent et évolutif, et non comme un but en soi. En effet dans un monde  » idéalisé « , elle n’aurait pas lieu d’exister, les objets seraient assez durables et réparables, pensés pour leur faculté à être réutilisé, les individus eux mêmes pourraient les réparer, les échanger, les modifier. Les matières premières et l’énergie seraient considérées à leur juste valeur, et cela mettrai en valeur le travail manuel et humain. La ressourcerie va donc nous aider à échanger et sensibiliser autour des valeurs de réemploi, de respect de la matière et de l’objet, de réutilisation, de recyclage, de durabilité, de solidarité, d’entraide, de partage et de responsabilité. L’implication et la participation citoyenne nous paraît être un élément essentiel du bon fonctionnement de la ressourcerie. Dès la création de l’association, nous avons opté pour un mode de fonctionnement interne le moins hiérarchisé possible, et comme base du processus décisionnaire le consensus, pour permettre au projet d’être à la fois ouvert et proche des individus.
2) Objectifs principaux de l’association – réparer, modifier, réemployer, détourner ce qui peut l’être. – créer des activités de valorisation, et/ou faire la promotion du réemploi – développer et encourager la création à partir de déchets – organiser et gérer un lieu de collecte/réparation/création/vente – inciter à la réduction à la source des déchets et sensibiliser au problème de déchets en général. – favoriser le don, l’échange, l’entraide
3) Dynamique des R… Le concept des 3R (Réduire, Réutiliser et Recycler les déchets) développé par le Réseau de Ressourcerie nous paraît une base incontournable et suivant un ordre logique pour orienter les activités d’une ressourcerie. Le concept peut même être poussé un peu plus loin (et l’élever ainsi au carré) en intégrant d’autres aspects plus globaux : A. Réévaluer : il faut se pencher sur les valeurs fondamentales de nos sociétés ainsi que sur les modes de fonctionnement qu’elles impliquent, réévaluer nos besoins. B. Reconceptualiser : pour évoluer vers une société durable, il faut en définir les ressorts, les concepts fondamentaux, redéfinir ainsi une base commune. C. Restructurer : s’il semble indispensable et inévitable de sortir du consumérisme à outrance, il faut alors également changer les rapports de production et sortir de l’esprit qui définit par un cadre économique toutes les données de notre vie. D. Redistribuer : tant les avoirs que les droits de tirage sur les ressources de la planète doivent être répartis plus équitablement entre tous les humains. E. Relocaliser : éviter les transports en organisant une économie plus locale, basée sur nos besoins vitaux. Donner plus d’attention à notre lieu de vie en limitant notre pression sur les milieux naturels et ressources épuisables. F. Réduire : pour réduire notre empreinte écologique, il est inévitable de réduire nos consommations, nos transports, nos emballages, nos déchets… G. Réutiliser : dans l’intention de stopper l’obsolescence programmée, il nous faut revenir à des choses, à des objets, à des outils durables, réparables, et réutiliser tout ce qui peut l’être, se servir des  » déchets  » comme ressources. H. Recycler : arrivés en fin de vie, les choses, les objets, les outils doivent être transformés à nouveau en matière première pour d’autres productions, s’ils ne peuvent pas être réemployés. I. Refuser : il convient de mettre un terme aux sources qui alimentent la crise écologique actuellement et pour cela de refuser radicalement certaines pratiques et productions.
4) Charte du Réseau des Ressourceries Nous adhérons à la charte du Réseau des Ressourceries et l’intégrons comme composante de notre ligne de conduite Agir pour l’environnement Entrer dans une démarche de développement durable avec priorité à l’homme et à l’environnement. Rechercher la valorisation de l’ensemble du gisement des déchets encombrants issus des ménages et des collectivités, et des déchets industriels banals. Les valoriser en priorité par Réemploi et Réutilisation. Développer les quatre fonctions du concept des Recycleries et Ressourceries, qui sont Collecter, Valoriser, Revendre et Sensibiliser. Communiquer par et sur son action environnementale. Promouvoir les comportements permettant de protéger l’environnement, de diminuer la production des déchets et la consommation d’énergie. Développer une économie solidaire Viser comme finalité le service plutôt que le profit, en satisfaisant équitablement les intérêts de tous les acteurs. Contribuer sur son territoire à une dynamique de développement local. Viser la création d’emplois pérennes. Faciliter l’insertion des personnes défavorisées (publics peu qualifiés, handicapés…) Instituer la primauté des personnes sur le capital dans la répartition des revenus issus du travail. Rendre le marché de l’occasion plus attractif. Viser à la responsabilisation et à l’autonomie de tous les acteurs. Coopérer dans la transparence Partager les savoirs et savoir-faire avec l’ensemble des membres du réseau. Favoriser la complémentarité et la concertation avec les différents partenaires et interlocuteurs, plutôt que la concurrence. Contribuer au développement de relations commerciales équitables entre toutes les parties. Mettre en œuvre ou participer à des actions de coopération avec les autres réseaux actifs dans l’économie solidaire et la protection de l’environnement, au niveau national et international. Communiquer sur les actions et les résultats de la structure par des commentaires synthétiques et pédagogiques. Participer sur la base des indicateurs économiques, sociaux et environnementaux à une évaluation régulière au sein du réseau des pratiques et résultats obtenus.
5) Fonctionnement interne Adhésion/Cotisation : L’adhésion implique la prise de connaissance des statuts, de la charte, et s’il y a lieu du règlement intérieur. L’adhésion est valide à partir du paiement de la cotisation. Toutes les adhésions engagées à partir du 1er Octobre sont valable aussi pour l’année civile suivante. Pour des questions d’assurance, elle est obligatoire pour pouvoir participer aux ateliers proposés par Récup’R, aux formations, et pour les bénévoles souhaitant travailler dans les ateliers et zones de stockages. Le montant de la cotisation est décidé chaque année en Assemblée Générale. Mode de prise de décision : Comme défini dans les statuts le consensus sera privilégié pour tous les cas possibles. Cependant en cas de blocage récurrent inhérent à ce mode de prise de décision, on fera le choix de basculer vers un système de vote pour faire aboutir une décision. Dans tous les cas de figure on essayera dans la mesure du possible de ne pas être face à un choix binaire mais de faire plusieurs propositions. Dans l’ordre nous utiliserons les solutions suivantes : Émergence d’un dissensus (discussion autour de toutes les solutions possibles et points de vue) Recherche d’un consensus (le consensus étant défini par une proposition à laquelle aucun membre ne s’oppose). Si une décision n’aboutit pas, on procèdera à un vote selon la Méthode Borda (voir modalités ci-dessous). Si la méthode Borda donne une égalité et que les options arrivées en tête sont jugées compatibles par consensus, elles sont toutes retenues. Si les options arrivées en tête à égalité ne sont pas jugées compatibles, elles sont départagées selon la méthode de Coombs (voir modalités ci-dessous). Les votes pourront se faire à main levée. Pour être valide, un vote doit respecter un quorum de 50% de suffrages valides (suffrages exprimés non blanc et non nuls) sur le nombre de membres présents. Méthode Borda (sécurisée) Les votants classent toutes ou une partie des options sur leur bulletin de vote par ordre de préférence. X étant le nombre d’options classées par le votant, on attribue X points à l’option placée en premier, X-1 à la seconde, etc. L’option ayant obtenue le plus de point est retenue. Méthode de Coombs On barre des bulletins de vote les options qui n’ont pas été en tête avec la Méthode Borda, modifiant ainsi le rang des options placées après. On compte les voix des options premières de listes. Si une option obtient la majorité absolue des voix, elle est retenue. Sinon, on supprime l’option qui apparaît le plus souvent en dernier de liste et on la barre des bulletins de vote, modifiant encore le rang des options placées après. De nouveau, on compte les voix des options premières de listes… On poursuit le processus jusqu’à l’obtention d’une majorité absolue. Procuration : En cas d’absences on pourra donner procuration à un autre adhérent pour toute prise de décision en lien avec l’ordre du jour. Un adhérent pourra représenter deux autres adhérents maximum, en recevant une procuration par écrit, signée. Convocations aux Assemblées Générales extraordinaires : N’importe quel adhérent pourra convoquer une assemblée générale extraordinaire en accord avec au moins un tiers des membres de la collégiale ou un quart des adhérents de l’association. La convocation à une AG extraordinaire pourra aussi être demandée par la collégiale. Réunions de la collégiale : La collégiale se réunis autant de fois que nécessaire. Elle est apte à prendre les décisions nécessaires à la poursuite de l’objectif général fixé en Assemblée Générale. Pour faciliter un bon fonctionnement des activités de la collégiale, les membres inactifs de celles-ci qui ne se manifesteront pas pendant 6 mois seront considérés comme démissionnaires pour permettre à d’autres membres actifs d’y rentrer. Réunions courantes : Les réunions courantes, d’accès libre et d’organisation souple, ont lieux autant de fois que nécessaire et réunissent des membres de groupes de travail qui peuvent être adhérents, salarié ou partenaires de l’association. Les décisions restent soumises à l’approbation de la collégiale. Mode de communication interne et externe : Nous utilisons deux listes de diffusions en interne, une destinée à l’organisationnel, aux membres actifs ainsi que ceux de la collégiale, qui relayera toutes les informations et documents importants pour la mise en place du projet associatif. Tous les membres de l’association feront partie de la seconde liste, qui relayera les dates de réunions de l’association et des informations sur l’avancement du général du projet. Le site web de l’association devra comporter un espace privé pour les membres actifs, permettant un accès partagé aux documents et un travail coopératif plus aisé. Pour la communication externe nous utiliserons une liste de diffusion à destination de nos partenaires institutionnels, partenaires, associations, personnes intéressées, etc…, ainsi que tous les modes de communication traditionnels. Définition du statut de membre actif : Les membres actifs sont des adhérents bénévoles qui s’impliquent de manière régulière, ils ne sont pas salariés, et peuvent être chargé de responsabilités par la collégiale au nom de l’association (assurer une fonction administrative, gérer l’ouverture du local, assurer les formations, etc…) Affectation des rôles dans la collégiale : Des rôles pourront être affecté à des groupes de travail ou des personnes seules pour assurer une fonction administrative (trésorerie, secrétariat) dans l’association, ou pour réaliser des tâches définies et décidées de manière collective. Direction de l’association : L’ensemble des membres adhérents constitués en assemblée générale défini l’orientation générale du projet associatif. La collégiale prend les décisions nécessaires pour le concrétiser. Pour représenter l’association, faire toute opération bancaire, convoquer l’assemblée générale, tenir à jour le fichier des adhérents, et autre action engageant l’association, un membre devra recevoir un mandat impératif de la collégiale. Le mandat impératif est un ordre de mission précis donné à un membre pour une période donnée par l’assemblée générale. Le mandaté peut être révoqué au cours de son mandat s’il n’a pas agi conformément à son mandat. Responsabilité : L’association engage une assurance pour couvrir les risques encourus par les bénévoles et salariés pendant l’exercice de leur activité. En aucun cas elle ne pourra être tenue responsable d’un vol, d’une détérioration quelconque, d’une perte, et de blessures encourues par le personnel, les bénévoles, et les clients de l’association. Salariat : Les personnes salariées par l’association seront rémunérées sur la base d’un taux horaire identique à l’embauche, quelque soit leur emploi et leur responsabilités. Dans la mesure du possible, l’association valorisera le travail de ses salariés en les rémunérant au dessus du minimum légal prévu par la loi (augmentation du salaire mensuel et/ou 13ème mois). Une rotation des taches sera réalisée pour tous les postes ne nécessitant pas de compétences pointues. L’association attache beaucoup d’importance à la polyvalence et au partage de connaissances entre salariés et bénévoles. Valorisation des objets : L’association veillera à établir des règles d’hygiène interne appliquées dès réception des objets collectés. Charte validée lors de l’Assemblée Générale du 6 Octobre 2009

Les dates clés de Récup'R

Petit historique… très incomplet

– Création de l’association le 7 Octobre 2008.

2009
– Projection/présentation/débat au cinéma l’Utopia autour du documentaire « Le jardin encombré » le 30 Mars 2009.
– 1er salarié en tant que chargé de développement en Mai 2009
– Participation au salon de l’environnement du 16 au 25 Mai 2009.
– Participation aux assises régionales de l’Éducation à l’Environnement et au Développement Durable le 16 Juin 2009.
– Visite des locaux du 4, avenue Terres de Borde le 19 Juin 2009.
– Participation au séminaire de préparation de la Semaine de la Réduction des Déchets le 4 et 5 Septembre 2009.
– Animation de 5 ateliers pendant la Semaine de Réduction des Déchets du 21 au 28 Novembre.
– Prix Coup de Cœur de l’économie Sociale et Solidaire de la CUB le 26/11/2009
– Prix de l’innovation associative 2009 de la ville de Bordeaux le 4/12/2009
– Remise des clefs du local du 4, rue des Terres de Borde le 21/12/2009

2010
– Fond d’Intervention Local voté par Bordeaux pour 2010.
– Agrément d’Intérêt Général reçu le 15 Décembre 2009 Puis le démarrage de l’activité en 2010…
– Aménagement et travaux dans le local en Janvier, Fevrier et Mars 2010.
– Achat d’outils et de pièces d’usure pour la filière cycles
– Recrutement du mécanicien cycles
– Départ du Chargé de Projet et recrutement du Coordinateur en avril 2010

– Nous décidons après étude, analyse et connaissance des limites imposées par notre local de mettre en œuvre une nouvelle filière : La filière couture. Début de prospection et prise de contacts pour récupérer du matériel de couture : machines familiales, industrielles, tissu, mercerie, etc..
– Inauguration officielle du local en Juin, nous invitons les partenaires qui nous ont accompagnés et soutenus dans le montage de projet à venir inaugurer le local.
– Après visites des membres et accord du réseau, nous devenons en Mai 2010 membres officiels du réseau des ressourceries.
– Lors de la fol’éco journée en Septembre 2010 nous organisons un atelier de couture et de réparation vélo
– Création du « deubeule » (un vélo double) en Septembre et participation au Festival « Ouvre la Voie », prêt de vélos à l’association « les petits débrouillards ».
– Participation en Octobre à La semaine européenne de réduction des déchets
– En Octobre 2010, nous participons à la manifestation Jour de Récup avec un atelier de réparation vélo ainsi que l’essai du deubeule. Nous rencontrons des partenaires autour de la récupération et du réemploi.
– En Octobre 2010, nous organisons et accueillons l’assemblée générale de l’heureux cyclage, réseau francophone des ateliers associatifs de réparation vélo. S’en suit l’adhésion au réseau.
– Le 10/10/10 à Cap sciences nous tenons un stand pour parler des ressourceries et de Récup’R – Animation scolaire au Bouscat autour de la problématique des déchets avec un atelier travaux pratiques de réparation de crevaison.
– Création d’outils pédagogique et premier partenariat avec la maison Ecocitoyenne de Bordeaux : – Fabrication de Louison Bobine, un vélo générateur d’énergie.

Et en 2011….
– le démarrage de la filière « matériaux souples » et le 3ème emploi créé
– un nouveau poste de mécanicien cycle en CDD pendant 1 an
– le premier « gros » investissement : une machine a coudre triple entrainement

En 2012
– Récup’R augmente son volume d’horaire de permanences
– 1° conférence: Erwan nous raconte son tour de France en vélo couché
– Etablissement de la convention  Délégation Développement Durable de la mairie de Bordeaux avec la mise en place d’atelier mensuel à la maison Eco-citoyenne.
– Livraison de la liseuse à la maison éco-citoyenne de Bordeaux (fauteuil à pédales customisé par la ressourcerie Déco-solidaire et transformé en système autonome de production d’énergie par Récup’R)

En 2013
– Première édition du Marché Déborde
– Rencontre régionale du réseau de l’Heureux Cyclage à Toulouse
– 28 Sept. le Roulidor (rallye à roues non motorisées dans Bordeaux)
– Sur l’initiative de bénévoles, ouverture de permanences couture et tricot poncutelles les samedis
– Lancement du projet bénévole du « fil vert » (création de doudou et peluches avec pour base des collants et chaussettes) dont l’objectif est de donner les doudous aux enfants lors de fêtes de quartier

En 2014
-En Avril a eu lieu le 2° Marché Déborde
– 11&12 oct. Participation à ALTERNATIBA Bordeaux avec des ateliers de mécanique collective
– Décembre , participation au marché des créateurs des Fées Rues (place Camille Julian)

Et en 2015…ça n’arrête pas !
– Février 2015, première permanence vélo dédiée aux femmes et trans: les Biclouves.
– En Juillet , ça a été l’obtention de l’agrément d’éducation populaire.
-En Août nous avons accueilli le CA de l’Heureux Cyclage.
– En automne 2015 nous avons lancé le guide des bénévoles

Les statuts de l'association

 

Statuts de l’association Récup’R
Article 1 – Titre Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi de 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant pour titre  » Récup’R ».
Article 2 – Objet Mettre en place et gérer une structure de type ressourcerie de valorisation et de gestion innovante des déchets, par la collecte, le tri, la remise en état d’objets, le détournement d’usage pour en permettre la réutilisation. Animer des actions de sensibilisation et d’éducation à l’environnement, de réduction des déchets. Permettre par ce biais le développement d’activités locales, sociales et solidaires ainsi que la création d’emplois.
Article 3 – Siège social Il est situé au 4, rue des Terres de Borde à Bordeaux. Le siège social pourra être transféré par simple décision de la collégiale.
Article 4 – Objectifs et moyens Les objectifs s’articulent autour de 4 axes : – Réduction à la source des déchets. – Réparation, remise en état, détournement d’usage. – Réemploi. – Recyclage. L’association mettra en œuvre le concept de Ressourcerie (marque déposée) et notamment les quatre fonctions indissociables : – collecte d’objets et encombrants auprès des particuliers et sous convention avec les collectivités locales ; – démontage, tri, réparation, valorisation en atelier ; – vente, troc, don et mise à disposition d’objets de réemploi, de pièces détachées et de matières ; – sensibilisation, animation et communication auprès des scolaires, des particuliers, des collectivités.
Article 5 – Durée La durée de l’association est illimitée.
Article 6 – Ressources Les ressources de l’association comprennent : –  Les cotisations, les droits d’entrée, les dons, les souscriptions, le mécénat, etc. – Les subventions de l’État, de l’Europe et des collectivités territoriales. –  Les produits des activités et services de l’association. –  Le produit des manifestations exceptionnelles organisées au bénéfice de l’association. – Et plus généralement toutes les ressources autorisées par la loi.
Article 7 – Conditions d’admission L’admission à l’association est soumise au respect de ses statuts, de sa charte et de ses objectifs. Sont membres ceux qui sont à jour de leur cotisation. Le montant, proposé par la collégiale, est approuvé une fois par an par l’assemblée générale. L’admission de personnes morales est soumise à l’agrément de la collégiale qui statue sur chaque demande.
Article 8 – Composition Les membres de l’association sont des personnes morales, des personnes physiques, et des personnes salariées par l’association. Les adhérents personne morale, représentants des structures, associatives, publiques ou privées sont dûment mandatés par délibération ou décision de leur organe dirigeant. Ils constituent les représentants des personnes morales. Article 9 – Démission, radiation La qualité de membre de l’association se perd par : – Non paiement de la cotisation. – Démission adressée par écrit à la collégiale. – Radiation prononcée par la collégiale pour motif grave, portant un préjudice moral, matériel ou financier à l’association. La personne concernée sera entendue au préalable. – Pour les personnes physiques, par le décès. – Pour les personnes morales, par une mise en redressement judiciaire, une liquidation ou une dissolution.
Article 10 – Collégiale L’association est administrée par une collégiale qui veille à la mise en place du projet associatif. Elle est composée de 2 membres au moins et de 12 au plus. Chaque adhérent sur une base de volontariat peut décider, par écrit, du fait d’entrer et de sortir de la collégiale. Au delà de 12 volontaires prétendants à la collégiale, l’assemblée générale élira les 12 membres de celle-ci. L’accession à la collégiale par les personnes morales sera soumise à décision de l’assemblée générale. Nul ne peut faire partie de la collégiale s’il n’est pas majeur. Pour faciliter un bon fonctionnement des activités de la collégiale, les membres inactifs de celles-ci qui ne se manifesteront pas pendant 6 mois seront considérés comme démissionnaires à partir de l’assemblée générale suivante. La liste officielle des membres de la collégiale est actualisée par un de ses membres après chaque modification, à la préfecture.
Article 11 – Assemblée générale L’assemblée générale ordinaire comprend tous les membres de l’association. Elle se réunit une fois par an minimum, et chaque fois qu’elle est convoquée par la collégiale. Son ordre du jour est réglé par la collégiale. Il est porté à la connaissance des membres 15 jours au moins avant sa tenue. L’assemblée générale est souveraine. Elle valide ou pas le rapport d’activité, le bilan moral et financier de l’association selon le mode de décision défini dans la charte.
Article 12 – Représentation L’assemblée générale délègue à la collégiale, ouverte à tous les membres volontaires dans les limites stipulées dans l’article 10, la responsabilité de représenter l’association dans les actes de la vie civile. La collégiale est l’organe qui représente légalement l’association en justice. En cas de poursuites judiciaires, les membres de la collégiale en place au moment des faits prendront collectivement et solidairement leurs responsabilités devant les tribunaux compétents.
Article 13 – Personnel de l’association La direction effective de l’association est assurée par la collégiale, selon des modalités précisées dans sa charte. La poursuite de son objet requérant des moyens techniques et humains particuliers, l’association peut avoir recours à des salariés. La détermination des postes et fonctions qu’elle souhaite confier à des professionnels salariés est arrêtée par délibération de la collégiale.
Article 14 – Assemblée Générale Extraordinaire La collégiale ou une quantité définie de membres selon des termes définis dans la charte peuvent convoquer une assemblée générale extraordinaire. L’ordre du jour est porté à la connaissance de chacun des membres inscrits au moins huit jours avant la date fixée.
Article 15 – Charte Une charte sera établie par la collégiale, qui la fera ratifier par l’assemblée générale. Elle est destinée à fixer les divers points non prévus par les statuts, notamment ceux qui ont trait à l’administration interne de l’association et au processus de décision.
Article 16 – Dissolution L’assemblée générale, appelée à se prononcer sur la dissolution de l’association et convoquée spécialement à cet effet, doit comprendre, au moins, la moitié plus un de ses membres. Si cette proportion n’est pas atteinte, l’assemblée est convoquée de nouveau, cette fois, elle peut valablement délibérer, quel que soit le nombre des membres présents. En cas de dissolution, l’assemblée générale désigne un ou plusieurs mandataires, chargés de la liquidation des biens de l’association et l’actif, s’il y a lieu, est versé à une association ou une institution défendant des valeurs proches.   Fait à Bordeaux Le 07/10/2008 Article 3 modifié le 23/01/2010 (adresse du siège social) Articles 4, 7, 9, 10, 11, 12 modifiés et approuvés le 28 Février 2013